Histoire de la machine à laver

Aujourd’hui très répandu dans les foyers, le lave-linge a derrière lui une longue histoire qui fait de lui l’appareil d’électroménager le plus présent après le réfrigérateur. C’est le symbole mythique de la société de consommation d’aujourd’hui, mais elle n’a pas toujours été comme on la connaît maintenant et a connu de nombreuses évolutions.

Les lavandières lavant le linge dans le Rhône

Les lavandières lavant le linge dans le Rhône (domaine public)

Bien avant les machines à laver, au XII° siècle, le linge était lavé par les lavandières qui effectuaient cette tâche à la main dans des lavoirs ou bien dans des fleuves. C’était un métier très social qui les faisait se réunir pour l’exercer. Au service de particuliers, elles se racontaient les potins du village tout en lavant le linge à la force des bras.

C’était un travail physiquement extrêmement éprouvant puisque les lavandières restaient agenouillées des journées entières, que ce soit été comme hiver où elles devaient alors aussi briser la glace qui se formait dans les lavoirs. Le linge était frotté et battu contre des planches de bois ou de pierre, lavé avec du savon et parfois blanchi à l’aide de charbon. La qualité du linge amené montrait le niveau social de la famille qui le faisait faire laver[1].

Jacob Christian Schäffer, inventeur de la première machine à laver

Jacob Christian Schäffer, inventeur de la première machine à laver (domaine public)

Le tout premier brevet pour une machine à laver mécanique a été délivré à Nathaniel Briggs, un businessman et politicien américain, en 1797 dans le New Hampshire. Cependant c’est Jacob Christian Schäffer qui en est le premier auteur. La première machine à laver mécanique a été inventée en 1830 en Angleterre par un constructeur français, Flandria.

C’était à une caisse en bois appelé Barboteuse qui effectuait un mouvement de va-et-vient en étant commandée par une manivelle. Le geste que faisaient les lavandières a permis à terme de créer le fonctionnement du premier lave-linge mécanique, repris par James King en 1851. Il était constitué d’un cylindre de bois dans lequel des pales tournaient à l’aide d’une manivelle, le tout était rempli d’eau chaude et permettait de laver le linge grâce aux frottements de l’eau contre les fibres textiles, de la même façon que les lavandières frottaient le tissu contre la bière ou le bois.

Ancienne machine du 19° siècle, Irlande

Ancienne machine du 19° siècle, Irlande (Itub / CC-by-sa)

Disparition des lavandières durant le XXe siècle

Les lavandières ont disparu au cours du XX° siècle avec l’apparition des premières machines à laver. En 1907, Alva L Fisher (1907 - 1965) invente la première machine à laver électrique. Appelée THOR, cette machine n’est plus actionnée à la main, mais par un tambour étant mis en marche par un moteur électrique. Elle est fabriquée par la Hurley Machine Corporation à Chicago.

Elle n’était cependant pas assez étanche et le risque d’un court-circuit était élevé. De plus, ce modèle ne permettait pas au linge d’être essoré. Cette machine était tout de même la première à utiliser un tambour perforé, placé dans une cuve à eau. Le brassage du linge est ainsi facilité contrairement à avant où il était fait manuellement et le fait que le linge tourne dans un sens puis dans l’autre lui permettait de ne pas se retrouver en boule. Les machines actuelles fonctionnent toujours sur le même principe.

À partir des années 20, de plus en plus de machines font leur apparition sur le marché décliné en différents modèles : avec un tambour horizontal, un panier oscillant, un agitateur en fond de cuve… Le lave-linge peut également essorer grâce à un moteur à deux vitesses qui permet de passer du mode lavage classique au mode d’essorage au sein d’un même programme.

Les machines deviennent ainsi plus sophistiquées et pourvues d’options qui les rendent pratiques et fonctionnelles. Cependant elles sont encore bien différentes des machines que l’on peut utiliser de nos jours. Elles étaient soient activées par des manivelles, des roues et des petits moteurs électriques qui étaient utilisées en étant posées sur un fourneau pour pouvoir ensuite les actionner. La présentation de la machine à laver rencontre un franc succès auprès des ménages français lorsqu’elle est présentée à la Foire de Paris en 1920.

En 1927, la laveuse AUTOMOTO fait son apparition en étant vendue comme un modèle spécial pour la ville. Elle se branchait en effet sur le chauffe-eau et intégrait en un séchoir de plafond ainsi qu’une essoreuse. Ce petit modèle de machine a permis de commencer à démocratiser le lave-linge en le faisant entrer chez les consommateurs citadins qui n’avaient à l’époque pas assez de place pour ce genre de nouvel électroménager.

Années 50 : premières laveries automatiques en France

Dans les années 50, les villes françaises connaissent leurs premières laveries automatiques. Les années 50 à 60 connaissant de plus en plus les personnes vivant seules et hors du cadre familial, que ce soit des étudiants, des jeunes célibataires ou bien des jeunes couples, la nécessité de pouvoir laver son linge se fait ressentir, mais le coût reste un frein.

La mise en place de machines à laver automatisées en libre-service permet de rendre accessible ce luxe à un coût plus faible, mais aussi de populariser la machine pour à terme, la faire entrer en plus grand nombre dans les foyers. À partir de cette période et durant ces temps prospères, les Français ont désiré posséder leur propre lave-linge et le nombre a rapidement augmenté entre les années 60 et 70 puisqu’en 1961, moins de 30% des Français possèdent un lave-linge, contre plus du double 10 ans plus tard.

Dans les années 1960, des machines appelées LADEN incluent dans leur fonctionnement la possibilité d’essorer le linge, et ce via la force centrifuge exercée au sein du tambour. En 1977, la machine à laver combinée au sèche-linge apparait en France.

Dans les années 80, les progrès de l’électronique permettent d’avoir plus d’options quant à ses options de lavage et notamment la possibilité de modifier certains paramètres, à savoir le niveau d’eau, le nombre de tours et l’essorage, depuis ces années, les machines à laver se sont de plus en plus perfectionnées et multipliées. En 1985 82% des foyers sont équipés d’un lave-linge.

James Dyson et le Contrarotator

James Dyson et le Contrarotator (Michiel Hendryckx / CC-by-sa)

À la fin des années 90, James Dyson, un inventeur et designer anglais, inventa un nouveau type de lave-linge appelé le Contrarotator qui consiste en deux cylindres tournant dans des directions opposées. Ce système permet en effet de réduire le temps de lavage tout en obtenant du linge plus propre.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les machines à laver ont énormément évolué et proposent toutes sortes d’options. Différents programmes sont disponibles, que ce soit pour le linge délicat que pour économiser encore plus d’eau. Chaque consommateur peut trouver son compte dans une gamme très large de produits qui s’adaptent aux besoins qui se sont créés au fil de ces dernières décennies.

De grands groupes se sont fait une place au sein de ce marché et sont en constante compétition pour réussir à toujours proposer des produits de plus en plus performants. Désormais, des sites existent même pour se partager les machines, par exemple La Machine du Voisin, un site social de partage de machines à laver entre particuliers.

En savoir plus

Historique, réglementation, bonnes pratiques... Lavomatic.fr vous informe sur les laveries libre-services.